1

Comment optimiser son efficacité et ses chances de réussir un concours ?

     La question a de quoi interpeller !

     En contexte de concours, de compétition, savoir répondre à cette question apporte un avantage sélectif certain! Évidemment, optimiser sa réussite en souffrant moins sous-entend plus de plaisir et plus de résultats. Qui ne serait pas intéressé par une telle promesse ? Cependant une telle promesse est-elle réaliste ? Oui! Elle l’est… grâce au travail que l’on peut faire pour solidifier sa confiance en soi…

     De fait, il est communément admis que le fait de croire en notre réussite est un facteur déterminant voire une condition essentielle à tout succès. Toutefois dans quelle mesure est-ce vrai ? Dans quelle mesure la confiance en ma capacité à réussir le concours d’entrée à HEC ou un concours comme la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé) impacte ma réussite ? Et comment améliorer ma confiance en ma réussite pour faciliter celle-ci ? 

 

étudiant-concentré-qui-travaille-sur son-bureau-avec-efficacité

 

Le sentiment d’efficacité personnelle (SEP)

     Tout le monde a déjà entendu le proverbe “La foi soulève des montagnes !”.  Grâce aux recherches menées par le psychologue canadien Albert Bandura sur l’auto-efficacité et notamment sur le sentiment personnel d’efficacité nous allons pouvoir être éclairés sur ce sujet.

     En psychologie, le sentiment d’efficacité personnelle est défini par : “les croyances des gens concernant leur compétence à accomplir une tâche avec succès” (Miller, Greene, Montalvo, Ravindran & Nichols, 1996). Par ailleurs, ceux d’entre vous qui sont familiers du monde du développement personnel  connaissent ce concept. En effet, le SEP correspond à nos croyances au sujet de nos capacités. Pour le mesurer il suffit de se poser une question.

 

Question pour évaluer votre sentiment d’efficacité personnelle (SEP)

point-d-interrogation

     En ce qui concerne un concours comme la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé), vous pouvez évaluer votre SEP en répondant à la question toute simple :

     “De 0 à 10 quel est votre degré de certitude en ce qui concerne votre capacité à être classé dans les 500 premiers ? ” 

0 étant “je n’y crois absolument pas” et 10 correspond à “j’en suis absolument certain”.

Vous l’avez compris, la note que vous vous donnez correspond à votre SEP.

     Posez-vous à présent la question en modifiant le niveau de difficulté de l’objectif évoqué.

Pour le concours de PACES, cela peut-être :

     “De 0 à 10 quel est votre degré de certitude en ce qui concerne votre capacité à être classé dans les 300 premiers ?”

Augmentez la difficulté de l’objectif comme ceci:

     “De 0 à 10 quel est votre degré de certitude en ce qui concerne votre capacité à être classé dans les 100 premiers dans les 40 premiers ?”

     Posez-vous réellement différentes questions ! Adaptez les spécifiquement à votre concours et ajustez à votre objectif. Ensuite, vous n’avez qu’à observer la variation de vos sensations en fonction de votre niveau de confiance. Sentez-vous de quelle manière vos pensées, sensations (et vos émotions peut-être) varient en fonction de votre niveau de confiance ? Ce mélange entre pensées et sensations dans votre corps correspond à votre sentiment d’efficacité personnelle. Il révèle votre niveau  de confiance en votre capacité à réussir votre concours.

 

 Une autre question permet de mesurer votre SEP :

“A quel point vous sentez-vous confiant pour apprendre telle ou telle matière ?”

     Pour un sprinter, la question peut concerner sa confiance dans sa capacité à améliorer son chrono au 100m. Un musicien interrogera sa capacité à apprendre un morceau en x temps… ou à jouer détendu, à se lâcher pendant un concert ou une audition…

 

Sentiment d’efficacité personnelle, stress et réussite

succès écrit sur tableau en ardoise

     Intuitivement, il semble évident que notre SEP ait un impact sur nos performances. Et oui ! Quand on se sent confiant, il est moins pénible de travailler. De fait, on est plus capable de s’entraîner en vue d’atteindre un objectif. Ainsi, il est plus facile d’avoir du plaisir et de ressentir une motivation puissante.

     En effet, les recherches scientifiques sur le sujet nous rapportent que :

plus les apprenants ont un SEP élevé et plus ils :

  • s’engagent dans des activités qui représentent un défi.  Par conséquent, ils évitent de se cantonner à répéter des tâches faciles qu’ils maîtrisent déjà.
  • se fixent des objectifs ambitieux
  • ménagent intelligemment leur effort et leur investissement
  • persévèrent face à la difficulté
  • parviennent à gérer leur stress et leur anxiété
  • obtiennent des performances élevées
    (Bandura, 1988 ; Bong & Skaalvik, 2003 ; Marsh, 1990)

 

     Par ailleurs, de nombreuses études démontrent que rares sont les apprenants à s’investir dans une activité qu’ils ne s’estiment pas capables de réaliser. On se demande pourquoi !  😉

“Notre SEP modifie la perception que l’on a de notre objectif, notre façon de l’aborder et les résultats que l’on obtiendra au final.”

 

    La confiance en nos capacités impacte notre efficacité et nos chances de succès

Tyler Thomas lançant une balle avec efficacité

 

Conséquences positives d’un sentiment d’efficacité personnelle élevé

 

     Ainsi, si je crois en mes capacités de réussite dans un domaine précis, je vais me fixer des objectifs plus élevés.  Je vais  aussi mieux gérer mon effort, mon stress et mon anxiété, de sorte que j’atteindrai plus facilement cet objectif dans la réalité ! Et puis le progrès engendre le progrès ! En effet, la fierté de devenir meilleur et l’acquisition de nouvelles compétences vont renforcer ma motivation. Vous savez comment vous vous sentez quand vous constatez que vous faites de progrès ? Agréable, n’est-ce pas…

 

Conséquences négatives d’un sentiment d’efficacité personnelle faible

 

     A contrario, si je ne crois pas en moi, je vais mal réguler mon effort et mal organiser mon travail. En effet, ma peur d’échouer va me faire travailler sans prendre de pause et travailler plus tard en soirée que je ne le devrais. Par ailleurs, je vais vivre des crises émotionnelles. En plus de nous démoraliser, ces crises consomment beaucoup d’énergie ! Or ces crises casseront toute régularité dans mon entrainement. De plus, j’abandonnerai probablement mon travail certains jours de déprime.

     En parallèle, le doute va considérablement diminuer l’efficacité de mon travail en me bombardant de messages décourageants du style : “T’es nul !”, “t’y arriveras jamais !” ou encore “ce que tu fais ne sert à rien !”. Bien-sûr, ces messages sont à fuir comme la peste. D’une part, ils nous découragent. D’autre part, ils polluent nos capacités attentionnelles et rendent notre travail presque inutile. En effet, le cerveau mémorise ce sur quoi il se concentre et ce qui a un impact émotionnel. Par conséquent, je retiens davantage le fait que je suis nul plutôt que la formule de tel acide aminé ou le nom de telle articulation… En définitive, je vais souffrir, travailler dans le stress, la difficulté et mes chances de réussite sont considérablement réduites.

     Pour cette raison, un grand nombre de coachs nous rappellent régulièrement que :

“Tous domaines confondus, 80% de la réussite vient de la psychologie !”

     Maintenant que nous saisissons à quel point il est important d’influencer notre sentiment d’efficacité personnelle pour atteindre nos objectifs, réussir nos études, nos concours et nos carrières, je souhaite vous poser la question suivante :

     Selon vous, que peut-on faire pour améliorer notre sentiment d’efficacité personnelle ?

     Pour ma part, je vous partagerai dans le prochain article “les 4 sources d’informations qui conditionnent notre sentiment d’efficacité personnelle” et des stratégies variées pour améliorer notre SEP.

D’ici notre prochaine communication, rappelez-vous que vous êtes pleins de promesses car

“Chaque jour nous construisons le cerveau que nous aurons demain !”

Avec confiance et motivation 😉

Roman Buchta

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Roman Buchta
 

Passionné de neurosciences et de développement personnel. Je suis toujours en quête de découvertes scientifiques fiables et de nouveautés dans le domaine de l'apprentissage et de la performance en condition de challenge.

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Lola C. - 25 janvier 2018

Bon article qui motive! Est-ce que vous faites des séances de coaching individuelles?
Merci

Reply

Leave a Reply: