Je vais vous surprendre.

Aujourd’hui la durée de concentration d’un être humain est inférieure à celle d’un poisson rouge ! (*)

Étonnant, non ?

Pourtant c’est le cas.
La durée moyenne de vos bulles d’attention est inférieure à celle du poisson rouge.

Sans le savoir, vous êtes touché par des troubles de la concentration…

La preuve.
Je parie que vous n’arrivez pas toujours à vous concentrer autant qu’il le faudrait !
Vous savez quand votre téléphone sonne pendant que vous révisez, quand vous êtes tenté d’aller sur les réseaux…

Avez-vous l’impression que les connaissances « rentrent bien » dans ces moments là ?
Que vous
mémorisez efficacement vos cours ?

Vous vous dites peut-être que ces problèmes sont dus à la fatigue, à l’âge ou à une défaillance de votre cerveau.

Mais non !

Ces problèmes proviennent de TROUBLES DE LA CONCENTRATION.

Et ces troubles de la concentration sont de vrais handicaps pour l’apprentissage.
Ils diminuent votre efficacité, rallongent votre temps de travail, amoindrissent vos résultats…

Pour réussir ses études, c’est un mauvais calcul, non ?

Souvenez-vous de la chose suivante :
« Il n’y a pas de travail de qualité sans une attention de qualité ! »

Votre succès dépend de votre capacité à être super attentif quand il le faut.
Votre réussite est conditionnée par votre aptitude à éliminer ces troubles de la concentration.

Mais alors, comment arriver à mieux vous concentrer pour réviser ?

C’est simple, vous avez 3 choix :

  1. Vous continuez à réviser avec les méthodes que vous connaissez.

    Vous compensez votre manque d’efficacité en travaillant plus.
    Le surmenage vous guette et vous vous sous-estimez.
    Vous êtes comme une Ferrari qui ne passe pas la seconde et qui,
    au vu de sa vitesse de pointe, en déduit qu’elle est sûrement une Twingo.

  2. Vous manquez de temps, vous achetez de la Ritaline pour tenir le coup, mais vous abîmez votre santé…

  3. Vous adoptez une solution plus simple, plus efficace et plus saine pour votre santé.
    Vous découvrez le mode d’emploi de votre cerveau et vous le respectez.

Dans cet article, vous allez voir comment les neurosciences peuvent vous aider à éliminer vos troubles de la concentration.
En appliquant tous les conseils qui vont suivre, vous saurez comment réviser plus efficacement.

Intéressant, non ?

Les troubles de la concentration : la maladie du 21ème siècle

​Troubles de la concentration​ et attention de poisson rouge

​La durée de notre attention est actuellement de 8 secondes !

C’est 3 secondes de moins qu’en 2000, vous vous rendez-compte ?

On ne doit plus dire “j’ai une mémoire de poisson rouge” mais “j’ai une attention de poisson rouge” !

Et les principales causes de cette diminution d’attention sont… Les nouvelles technologies et leurs jolis écrans lumineux!

Une étude de Microsoft a montré que les réseaux sociaux et le comportement multiécran réduisent notre capacité de concentration. 

Vous vous demandez pourquoi ?

C’est simple.

Vous êtes sans cesse tentés par des infos plus croustillantes les unes que les autres.
De plus, vous êtes constamment interrompus par des tonnes de notifications !

Et votre cerveau d'Homo sapiens n’est pas fait pour gérer autant de sollicitations.

Les troubles de la concentration, une maladie qui touche plus les jeunes

jeune-femme-distraite-troubles-de-la-concentration

​Ce matin, en rentrant dans le métro quelque chose m’a frappé.
Presque tous les voyageurs avaient la tête baissée au-dessus d’un écran lumineux.

C’est dingue de voir ça.
Une armée de têtes baissées.

Par-ci par-là, il y avait un ou deux crânes plus dégarnis qui semblaient se demander ce qu’ils faisaient là !

D’ailleurs, saviez-vous que la moitié des jeunes consultent leur téléphone au minimum toutes les 30 minutes ?

De plus, 77% des 18-24 ans ont le réflexe de prendre leur téléphone lorsqu’ils s’ennuient...

Et bien sûr, les chiffres concernant les troubles de la concentration chez les 18-24 ans (et chez les utilisateurs précoces de technologies) sont alarmant !

1) Ils doivent faire plus d’effort​s pour rester concentrésur une tâche

2) Ils sont beaucoup plus facilement déconcentrés

3) Ils ont du mal à gérer leur temps de travail

C’est dommage, n’est-ce pas ?

Si c’est votre cas, sachez que l’âge n’est pas là l’origine de ces troubles de la concentration… 
En effet, chez les personnes âgées, le déclin de l’attention n’arrive qu’après 70 à 75 ans !

Et vous n’êtes évidemment pas la seule victime de ces difficultés à rester attentif.
Parce que jusqu’à maintenant, vous utilisiez l’outil que vous avez entre les oreilles sans connaître son mode d’emploi.

Alors forcément, il y avait peu de chance pour que vous
vous en serviez efficacement.

C’est un peu comme si vous essayez de visser avec un marteau.
Les résultats
ne seront pas très concluants.

Quoi qu’il en soit, vous allez dès maintenant pouvoir remédier à cela.
Voici par où commencer pour éliminer les troubles de la concentration.


Neurosciences de l'attention et troubles de la concentration

neurosciences-eliminer-troubles-de-la-concentration

Pour agir concrètement sur vos problèmes de concentration, vous devez comprendre comment votre cerveau fonctionne.

Pour cela, nous allons utiliser une situation de la vie courante.

​Imaginez-vous en train de résoudre un problème de maths (ou autre pour ceux qui détestent les maths).

Vous avez lu l’énoncé.
Vous avez noté sur votre feuille de brouillon les formules que vous comptez
employer.

Et puis, à présent, vous essayez tant bien que mal de le résoudre.

Mais rien y fait !

Vous avez beau tenter différentes approches, vous ne parvenez pas à trouver une manière prometteuse d’atteindre la solution.
Alors, après une bonne période d’acharnement, vous décidez de faire une pause et de prendre l’air.

Rien de tel qu’une petite ballade pour faire tomber la pression, n’est-ce pas ?

Vous vous promenez, le temps passe, et puis, au bout d’un moment, alors que vous pensez à autre chose.
Boom !

Vous avez comme un flash.

Une idée sortie de nulle part jaillit dans votre esprit.

Vous tenez une piste pour résoudre votre exercice.
Excité par l’envie de tester votre idée, vous vous empressez de rentrer chez vous…


Avez-vous déjà vécu ce type d’expérience ?

Je suis sûr que oui !


En effet, qui n’a pas trouvé la solution à un de ses problèmes alors qu’il faisait totalement autre chose ?

Ce phénomène connu révèle que le cerveau possède 2 modes attentionnelles, le mode focalisé (FOCUS) et le mode défocalisé (DIFFUS)

En respectant ces modes, vous allez commencer à réduire vos troubles de la concentration.

Comprendre le mode FOCUS

homme-lisant-un-livre-troubles-de-la-concentration

​Le mode FOCUS permet de se concentrer

Vous êtes en mode FOCUS lorsque vous êtes concentré sur une tâche précise et que vous y consacrez toute votre attention.

​Comme quand vous êtes focalisé sur votre exercice de maths et que vous ne pensez à rien d’autre.

Ce mode est volontaire, méthodique, analytique, séquentiel.

Vous agissez étape par étape pour résoudre votre problème.
Tout votre esprit est concentré dessus.

C’est le mode dans lequel vous êtes dès que vous travaillez vos cours.
Plus généralement, c’est le mode dans lequel vous êtes dès que vous êtes concentré.


Limites du mode focus

route-troubles-de-la-concentration

​Et oui, le mode FOCUS à des limites.

En effet, quand le cerveau est dans ce mode, il cloisonne les informations.

Par exemple, lorsque vous résolvez votre problème de maths,

vous n’avez accès qu’à des concepts proches de ceux que vous employez.

En revanche, vous n’avez pas accès aux notions que vous avez abordé en cours
 de géographie.
Ni à
la recette de gâteau basque que vous avez cuisinez hier.

Le mode FOCUS limite votre capacité à être créatif.

De plus, lorsque vous êtes en mode ​FOCUS, votre cerveau est un peu ” trop sûr de lui !“ 
Il a du mal à prendre du recul, à remettre en question ce qu’il croit vrai.

Vous avez « la tête dans le guidon » comme on dit !

C’est là que le mode ​DIFFUS intervient.

Comprendre le mode ​DIFFUS

​Mode ​DIFFUS et créativité

cerveau-réflexion-puissante-troubles-de-la-concentration

​​​​​Le mode​ DIFFUS de votre cerveau à des propriétés fantastiques.

Lorsqu’il est enclenché, votre cerveau continue de rechercher la solution 
à votre problème de maths 
alors que vous êtes occupés à autre chose.

Pour cela, il associe de manière aléatoire une foule de connaissances que vous possédez.
Des connaissances 
qui étaient comme inaccessibles lorsque vous étiez en mode focus.

C’est comme si ces informations “circulent plus facilement” dans votre cerveau

Ainsi elles peuvent se connecter entres-elles et donner naissance à une solution originale.

Comme l'idée de mettre des roues au bout d’une malle et créer une valise à roulette !

Depuis combien de temps existent la roue ? La malle ?
Des milliers d’années...

Mais la valise à roulettes n’a été créée qu’au XXème siècle !

Bien sûr, vous, vous n’avez pas conscience que votre cerveau continue de plancher sur votre problème de maths alors que vous pensez à autre chose.

Le mode ​DIFFUS est involontaire et inconscient !  

Qui n’a jamais entendu parler d’Achimède qui découvrit la pression des fluides en prenant un bain ?
Croyez-vous qu’il faisait des calculs sur une ardoise tout en se savonnant ?


On est d’accord...


​Mode ​DIFFUS et consolidation des apprentissages

Par ailleurs, le mode DIFFUS possède bien d’autres vertus.
En mode DIFFUS, votre cerveau consolide les apprentissages que vous avez effectués en mode FOCUS.

Prenons un exemple.

Cela vous est déjà arrivé de travailler un jour sur un exercice assez compliqué, puis de le reprendre le lendemain et, là, de le trouver bien plus facile que la veille ?

Soit l’exercice est devenu plus facile dans la nuit...

soit c’est vous qui êtes devenu plus compétent ! 😉

En mode DIFFUS, votre cerveau peaufine autant que nécessaire les circuits neuronaux que vous avez créées et stimulés en mode FOCUS.

Quelque part, le mode DIFFUS vous rend meilleur, sans que ne leviez le petit doigt !


Comment activer le mode DIFFUS ?

jeune-femme-promenade-troubles-de-la-concentration

​​C’est génial, me direz-vous ?

Mais comment enclencher ce mode puisqu’il est involontaire ?

Attention !
La réponse va vous plaire... 😉

Roulements de tambours...

​Le mode DIFFUS est activé
 dès que vous lâchez prise.

Lorsque vous faites une sieste, une promenade, du sport, de la cuisine, ou encore lorsque vous lancez une lessive...

En fait, ce mode se déclenche lorsque vous ne travaillez pas en mode ​FOCUS !

Elle n’est pas belle la vie ?

Votre cerveau travaille quand vous vous détendez. 


Grâce à ce travail d’arrière-fond votre cerveau :

  1. ​Consolide vos apprentissages
  2. ​Cherche des solutions
  3. ​Vous rend plus créatif…

Et ce, alors même que vous prenez une pause et que vous rechargez vos batteries !

​Troubles de la concentration et alternance mode FOCUS-mode DIFFUS

Vous l’avez compris, les troubles de la concentration surviennent quand vous n’alterner pas assez les modes ​FOCUS et DIFFUS.

En effet, une mauvaise alternance génère des difficultés à se concentrer et une baisse de votre efficacité.

​Le mode DIFFUS est essentiel à l’apprentissage.

Ne pas l’utiliser, c’est comme inspirer sans jamais expirer.

D'abord on devient rouge, puis on devient bleu, puis on tombe ! 😉

Cela ne peut pas fonctionner !

Maintenant que vous comprenez mieux le fonctionnement de votre cerveau, je vais vous présenter 4 stratégies pour éliminer les troubles de la concentration et devenir plus efficace dans votre travail.


Supprimer les troubles de la concentration grâce à 4 stratégies simples

1) S’isoler du monde extérieur

Cela vous est-il déjà arrivé d’être dérangé à plusieurs reprises alors que vous étiez en mode FOCUS ?

Quel effet cela produit ? 
C’est très pénible, ​n'est-ce pas ?

C’est comme essayer de mettre un fil dans le chas d’une aiguille à coudre, sans jamais y arriver !
Cela peut vous rendre fou...

Et en plus de vous rendre ​peu productif, cela amplifie les troubles de la concentration.

Pas étonnant qu’une des causes principales d’inefficacité au travail soit l’excès de sollicitation par environnement !

Les mails, les notifications, les SMS, les collègues, les bruits....

Et comme nous avons une faible capacité d’attention (plus faible qu’un poisson rouge vous vous rappelez ?), nous ne sommes pas capable de résister à autant de tentations.

Alors, pour diminuer vos troubles de la concentration, commencez par supprimer ces interruptions grâce aux 4 conseils suivants :

  • Mettez votre téléphone en mode avion
  • Prévenez les personnes de votre groupe de révision ou vos colocataires que vous ne voulez pas être dérangé
  • Achetez un casque antibruit pour supprimer les sons lorsque vous travaillez dans un espace public
  • Utiliser des sons qui isolent du monde et aident à se concentrer efficacement  (bruit blanc, bruit rose, bruit marron etc...

​Personnellement, j’utilise les bruits marron dès que mes voisins font trop de bruit.
Cela me permet de ne le plus les entendre tout en m’aidant à me concentrer...

2) ​Éliminer les troubles de la concentration en éliminant le multitâche

​En réalité, nous sommes incapables de faire 2 tâches en même temps…

Vous voulez une preuve, regardez cette vidéo :

​Vous voyez, être attentif à quelque chose, c’est être aveugle au reste.

A l’université de Stanford, les scientifiques ont démontré que lorsque vous pratiquez le multitâche, vous devenez moins productif et votre travail est de moins bonne qualité​.

Cette étude démontre même que les personnes pensant être bonnes en multitâche, sont en réalité moins performantes que les personnes jugeant être mauvaises en multitâche…

Quelle ironie !

Ces personnes confondent le fait d’être agité et le fait d’être productif...

​Le multitâche est une illusion de performance.
En réalité, nous passons rapidement d’une tâche à une autre.

Le problème est que ce fonctionnement n’est pas optimum et qu'en plus il est nocif…

D’après Gaël Alain, docteur en psychologie cognitive, les distractions à vos tâches principales sont vos pires ennemies.

Par exemple, si vous êtes interrompu par un appel téléphonique pendant que vous rédigez un dossier, il vous faudra ajouter 30% de temps supplémentaires pour finir votre dossier !

Sans compter le temps de l’appel…

Si vous voulez ​en savoir plus sur les travaux de Gaël Alain,​ je vous conseille son livre “Penser mieux, travailler moins”.

Par ailleurs, des chercheurs de l’université de Londres ont démontré que pratiquer le multitâche faisait diminuer vos performances autant que si vous aviez 15 points de QI en moins.

Les chercheurs expliquent qu’en mode multitâche, vos performances sont du même ordre que si vous n’aviez pas dormi de la nuit ou fumé de la marijuana.

Enfin, plus grave encore, une étude menée à l’université de Sussex a prouvé que les personnes fonctionnant s​très souvent en multitâche ​possédaient une plus faible densité cérébrale dans le cortex cingulaire antérieur. 

Conséquence, elles ont plus de mal à gérer leurs émotions et elles voient leur capacité à être empathique diminuée.

feuille-de-dispersion-troubles-de-la-concentration

Afin d’éliminer le multitâche de votre vie, voici quelques conseils :

  • Isolez-vous de toutes distractions
  • Fixez-vous des objectifs concrets pour vos séances de travail et tenez-les
  • À la fin de votre séance, faites un petit bilan pour savoir si vous avez été attentif, si vous avez atteint vos objectifs, etc.

3. Limiter la durée de ses périodes de travail

minuteur-cuisine-tomate-troubles-de-la-concentration

​Connaissez-vous la technique de la tomate ?

Plus connue sous son nom italien ​Pomodoro, cette méthode d’organisation du travail a beaucoup d’avantages !

​D'une part, elle permet de vaincre la procrastination.

En effet, cette technique consiste à alterner des petites séances de travail de 25 min entrecoupées de 5 minutes de pause.


Vous évitez ainsi ​de procrastiner lorsque vous êtes devant une tâche qui vous prendra 4h de votre temps…

Les séquences de travail et de pause sont orchestrées par une application qui gère le timing !


Ou par un minuteur de cuisine en forme de tomate. 😉 

Car c’est de là que vient le nom de cette technique.

D​'autre part, cette technique vous rend plus efficace !

Pourquoi ?

Car vous supprimez "la petite voie" qui veut tout le temps connaître l’heure ou savoir combien de temps encore il vous faut travailler.

Cette fonctionnalité est délégué à une application comme ça, vous ne gâchez pas une partie de votre mémoire de travail à songer à l’heure qu’il est.

Ainsi, vous êtes focalisé à 100% sur votre tâche et votre travail devient plus intense !

Pour appliquer cette méthode, téléchargez une application comme “Pomodone” ou “TimeIO” et utilisez-la pendant vos séances de travail.

4. Faites des pauses

homme-lisant-un-livre-troubles-de-la-concentration

Un besoin vital pour éviter les troubles de la concentration

​​On voit souvent les pauses comme des moments de fainéantise.

On est un peu fatigué alors on fait une pause.
Mais le problème, c’est qu’on perd du temps sur ses révisions…

Sauf qu’en réalité, les pauses ont bien une utilité.
Elles sont même indispensables !

Oui, oui…

Mais pourquoi au juste ?

​Parce que d’une part, elles activent le mode DIFFUS.

Ensuite, comme l’explique cette étude, les pauses vous permettent de mieux enregistrer l’information.

Connaissez-vous l’hippocampe ?

L’hippocampe est la clé de voûte des processus de mémorisation dans votre cerveau.
Il
peut-être vu comme un aiguilleur, qui reçoit l’information et la redirige vers différentes zones de votre cerveau.

En effet, vos souvenirs ou vos cours sont mémorisés à différents endroits de votre cortex.

​Et c’est pendant les pauses que votre hippocampe transfère les connaissances dans les aires corticales appropriées.

Cela signifie que si vous ne faites pas de pause, vous empêchez l’hippocampe de faire son job.
Sans pauses, vous court-circuitez cette partie de votre cerveau. 


Au lieu d’activer le mode “diffus”, essentiel à votre apprentissage, vous sabotez votre travail...

Enfin, les pauses sont essentielles pour une autre raison.
Elles rechargent vos batteries !
Votre productivité est ainsi fortement améliorée !

Et oui !


Vous offrir de mini séances de repos régulières vous aidera à maintenir un bon niveau d’énergie tout au long de la journée.

Sinon, vous prenez le risque de finir la journée sur les rotules.

Vous savez quand vous tapez plus de mauvaises lettres que de bonnes sur votre clavier et que vous cliquez plusieurs fois de suite au mauvais endroit sur l’écran ?

Vous voyez de quoi je parle ? 😉


Un principe simple pour réussir ses pauses

adorable-animal-au-repos-troubles-de-la-concentration

​Je sais.
Ce titre peut sembler étrange, voire idiot.

Réussir ses pauses ?
Drôle d'idée et pourtant.

En PACES, beaucoup d'étudiants que j'ai côtoyés passaient leur pauses collé à leur smartphone, ou à parler de ce sur quoi ils travaillaient juste avant !

En faisant cela, il ne se reposait pas l'esprit ! Et quand ils se remettaient au travail, leur esprit n’était pas plus frais qu’avant « la pause ».

Voici donc quelques règles d'or pour des pauses qui réduisent les troubles de la concentration :

  • Faites des pauses peu stimulantes pour votre cerveau et laissez celui-ci divaguer. Autorisez-vous à vous ennuyer...

  • Levez-vous,  marchez, étirez-vous, faites remonter le sang coincé dans les mollets à la tête… Allez faire une petite course, lancez une lessive, regardez par la fenêtre, etc.

  • Eviter les news, les échanges à forte charge émotionnelle, etc.

A retenir

Vous travaillez sans doute trop pour les résultats que vous obtenez.

En effet, votre capacité à être attentif conditionne vos performances.
Et comme tout le monde, vous souffrez probablement de troubles de la concentration.


Cependant, la majorité du temps, les troubles de la concentration ne sont pas le fruit d’une maladie ou d’un manque d’intelligence.

Ils sont la conséquence d’une mauvaise hygiène mentale et d’un environnement hostile.

Vous le savez, notre mode de vie actuel nous pousse à toujours plus de sollicitation, de tentations, de distractions...

Maintenant, vous comprenez mieux le mode d’emploi de votre cerveau.
Vous pouvez donc améliorer votre capacité à vous concentrer efficacement.

Ce ne sera pas facile.
Car 
vous devez mettre en nouvelles habitudes en place.

Mais si vous le faites, vous serez grassement récompensé.

Vous serez plus efficace dans votre travail
et aussi plus serein.
Bien sûr, vos résultats seront meilleurs,
votre motivation sera boostée.

Vous vous rendrez compte que vous avez plus de potentiel que vous ne l’aviez cru jusqu’alors.

Alors, appliquez les conseils suivants :

  • Éliminez les sources de distractions.

  • Ne faites plus du multitâche.

  • Utilisez la technique Pomodoro pour lutter contre la procrastination et être plus efficace.

  • Faites des pauses efficaces !

Si vous appliquez ces conseils, vous réussirez vos études haut la main.
Et travaillez vous semblera plus agréable que vous ne l’auriez imaginé ! 😉

Et rappelez-vous :

“Chaque jour, vous construisez le cerveau que vous aurez demain”

Alors, êtes-vous prêts à devenir l’acteur de votre réussite ?

Avec confiance et motivation,

Roman Buchta

(*) https://www.infopresse.com/Uploads/files/Microsoft_%C3%89tude%20d%C3%A9ficit%20de%20l'attention.PDF

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Roman Buchta

Formateur et coach de métier, j'enseigne les neurosciences de l'apprentissage, la gestion du stress et la préparation mentale dans diverses écoles supérieures. Curieux et passionné, je suis toujours en quête de découvertes scientifiques fiables et de nouveautés dans le domaine de l'apprentissage et de la performance en condition de challenge.

Cet article a 8 commentaires

  1. Superbe article qui me parle tout à fait !
    J’ai toujours eu de gros problèmes de concentration. Même avant les smartphones, la moindre mouche qui vole réussissait à me faire sortir de mes révisions et détournait mon attention des cours à l’école.
    Aujourd’hui, j’ai fait du chemin, j’ai cerné différentes causes, j’ai travaillé énormément dessus, mais j’ai parfois quelques rechutes bien que cela ne crée plus en moi de frustrations comme à l’époque. J’accueille ces moments avec davantage de bienveillance.
    Ton article tombe à point nommé parce qu’il ouvre le champ des possibles sur de nouvelles méthodes que je n’appliquais pas. J’aime notamment cette notion de mode focus / mode diffus.

    1. Roman Buchta

      Merci pour ton retour !
      Tu as tout à fait raison d’accueillir avec bienveillance ces moments de “dérive” attentionnelle.
      Notre cerveau est comme une voiture. Quand il n’y a plus de carburants, c’est impossible d’avancer.
      Pour l’attention c’est pareil. Quand j’ai épuisé mes réserves de carburant attentionnel, il faut remplir le réservoir.
      Dans ces moments là, s’acharner est inutile. Tout comme se culpabiliser d’ailleurs ! 😉
      Au plaisir !

  2. Merci beaucoup pour cet article ! Je suis bien d’accord sur l’importance des pauses. En tant que professeur donnant parfois des cours intensifs, je dois vraiment insister auprès de mes étudiants sur l’importance des pauses. Eux préféreraient souvent rentrer plus tôt, mais effectivement, on voit la différence à la fin de deux semaines de cours : les pauses sont vraiment primordiales !

    1. Roman Buchta

      Je suis parfaitement d’accord.
      Beaucoup d’étudiants sous-estime l’importance des pauses.
      Tout comme toi, j’insiste constamment pour que mes étudiants en prennent.
      D’ailleurs, je les libères 5 à 10 min toutes les heures de cours.
      Et pendant ces pauses, je leur demande de se lever et de marcher un peu,
      pour réactiver la circulation du sang.

  3. Merci pour l’article! De bons rappels et ça colle bien avec mon expérience personnelle aussi!

    Et ça motive pour refaire des stages, formations, rites d’initiation qui implique beaucoup de temps pour soi, et de réflexion!

    Merci aussi pour la reco de livre, je me demandais s’il y avait une lecture intéressante sur le sujet!

    1. Roman Buchta

      Merci pour ton retour.
      Effectivement, nous avons tous fait l’expérience des modes focalisés et défocalisés !
      Au plaisir !

  4. Merci pour ces techniques ! Si l’on souhaite travailler efficacement, appliquer des méthodes adaptées est indispensable. La technique du Pomodoro est super car l’on se concentre sur une petit temps de travail suivi d’une pause, et ainsi de suite… Le temps passe tout seul et à la fin on ne se sens pas épuisé.

    1. Roman Buchta

      Tout à fait Auriane.
      Pour travailler efficacement, il est crucial d’utiliser des stratégies précises.
      Comme tu l’as dis, découper son temps de travail permet de maintenir une bonne énergie,
      et donne l’impression de moins travailler. C’est le retour que certains étudiants en première année de médecine m’ont donné !
      Excellente continuation 😉

Laisser un commentaire

Fermer le menu